Littérature française

Au bonheur des ogres, Daniel Pennac – 1985 – Ed. Folio, 287 p.

Benjamin Malaussène est « frère de famille ». Seul, fils d’une mère qui a déserté, il s’occupe de ses nombreux frères et sœurs. Accompagné de son chien et fidèle compagnon, Julius, cet homme mène une vie loin d’être tranquille. Bouc Emissaire dans une boutique de centre commercial, il va être accusé de faire exploser des bombes dans le magasin, entraînant la mort d’individus. Ben, autour de qui les bombes tombent, sera rapidement surveillé par la police…

La Serpe, Philippe Jaenada – 2017 – Ed. Points, 635 p.

Le meurtre du château d’Escoire en 1941 a beaucoup fait parler de lui. Henri Girard, son père Georges, sa tante Amélie et sa bonne se retrouvent dans leur château familial. Cette nuit-là, ces trois derniers sont sauvagement assassinés à coups de serpe. Le meurtrier est rapidement désigné : c’est Henri. Aucune trace d’effraction, aucune entrée possible, Henri est le seul survivant et ne peut qu’être l’assassin.

La Porte des Enfers, Laurent Gaudé – 2008 – Ed. Babel, 267 p.

Matteo est en retard pour emmener son fils à l’école. Pressé, en colère, il se presse, se fâche contre son fils. Quand soudain, ils arrivent sur une place. Des coups de feu, Matteo à terre enveloppe son fils pour le protéger. Ce sera trop tard, l’assaillant a tué le petit Filippo. Le monde s’écroule autour de Matteo et de sa femme, Giuliana. Ainsi débute une littérale descente aux Enfers.

Trois jours et une vie, Pierre Lemaitre – 2016 – Ed. Le Livre de Poche, 311 p.

Antoine a douze ans lorsque, le 23 décembre 1999 durant l’après-midi, il assassine accidentellement son voisin et ami Rémi. Une descente aux enfers pour un enfant qui se retrouve face à ses incompréhensions et à sa solitude. La disparition de Rémi est partout dans les journaux et dans les pensées des habitants. Tout le monde cherche à comprendre ce qu’il s’est passé et essaie de retrouver la trace de Rémi.

Le nombril de Solveig, Olivier Sorin – 2020 – Ed. Des Lacs, 341 p.

Au détour du rayon conserves d’un Monoprix parisien, Standor rencontre Solveig. Cette femme, mystérieuse, lui donne rendez-vous dans l’appartement de Standor. Elle ne viendra jamais. Déboussolé, persuadé d’avoir rencontré l’amour avec un grand « A », Standor tentera d’oublier cette femme jusqu’au jour où, un an plus tard, il la retrouve dans une photo provenant d’une ancienne pellicule d’un appareil photo récupéré au Maroc.

La Disparition de Josef Mengele, Olivier Guez – 2017 – Ed. Le Livre de Poche, 244 p.

En 1949, quelques années après la libération du camp de concentration d’Auschwitz, Josef Mengele s’exile à Buenos Aires. Il s’y réfugie et tente tant bien que mal de reconstruire sa vie, loin des atrocités qu’il a fait subir aux milliers, millions de juifs qui ont croisé son chemin. Sous le nom de Gregor, il s’y installe et retrouve de nombreux exilés nazis. Ici commence l’histoire d’une longue course poursuite contre l’Ange de la mort…

Etat de nature, Jean-Baptiste de Froment – 2019 – Ed. Points, 228 p.

Barbara est préfète et a redonné vie à la Douvres. Jusqu’au jour où elle est évincée pour des raisons douteuses et injustifiées par Farejeaux. Mais son destin va être secoué lorsque ce même Farejeaux décide soudainement de la pulvériser à la tête du pays pour remplacer la Vieille.

Les mangeurs d’étoiles, Romain Gary – 1966 – Ed. Folio, 440 p.

Les mangeurs d’étoiles, Romain Gary – 1966 – Ed. Folio, 440 p.

C’est avec plaisir que j’ai ouvert Les mangeurs d’étoiles, le deuxième roman que je lis de cet écrivain talentueux qu’était Romain Gary.

Midi, Cloé Korman – 2019 – Ed. Points, 192 p.

Midi, Cloé Korman – 2019 – Ed. Points, 192 p.

En même temps que L’été des charognes de Simon Johannin nous arrivait Midi de Cloé Korman dans le cadre du Prix du Meilleur Roman des Lecteurs des Editions Points 2020.

Le vicomte de Bragelonne I, Alexandre Dumas – 1997 – Ed. Folio, 912 p.

Le vicomte de Bragelonne I, Alexandre Dumas – 1997 – Ed. Folio, 912 p.

L’année 2019 est achevée et je débute 2020 avec un coup de cœur, sans surprise ! Alexandre Dumas a incontestablement toujours été un de mes écrivains favoris.